édit LA CIGALE ET LE CRÉDIT
LA CIGALE ET LE CRÉDIT

LA CIGALE ET LES DETTES
Acheter avec de l'argent qu'on n'a pas
des choses dont on n'en a pas besoin
pour impressionner des gens qu'on n'aime pas.

La cigale, la fourmi, le vautour et le requin (version moderne de la fable de Lafontaine)

(Tous droits réservés)

La Cigale, ayant épuisé ses cartes de crédit

Tout l'Été,

Se trouva fort surendettée

Quand l'huissier fut venu.

Pas un seul découvert disponible

De carte revolving ou de carte de magasin

Elle alla crier famine

Chez la Fourmi sa voisine,

La priant de lui prêter

Quelques Euros pour subsister

Jusqu'au prochain salaire

Je vous paierai, lui dit-elle,

Avant Noël , foi de consommateur,

Intérêt et principal.

La Fourmi n'est pas prêteuse ;

C'est là son moindre défaut.

« Que faisiez-vous au temps chaud ?

Dit-elle à cette emprunteuse.

J'ai utilisé tous mes crédits renouvelables

Je depensais pour impressionner ne vous déplaise.

Vous dépensiez ? j'en suis fort aise.

Eh bien ! Soyez fichée maintenant. »

Au Royaume de Géplusketoua, une cigale vivait au-dessus de ses moyens et achetait tour ce que maître Publicité lui bombardait d'avoir si elle tenait à être.

La cigale avait la philosophie suivante:

Acheter avec de l'argent qu'elle n'a pas des choses dont elle n'en a pas besoin pour impressionner des gens qu'elle n'aime pas.

La fourmi adoptait elle la philosophie suivante:

N'acheter que ce dont elle avait besoin, et s'il il y a nécessité d'achat, économiser d'abord et acquérir ensuite. Ainsi la richesse principale et le bonheur de la fourmi consistaient en une modestie mais surtout des nuits sans angoisses.

La fourmi elle ignorait les envies artificielles suggérées par les marchands de rêve qui en plus des produits inutiles et éphémères lui proposait même de l'argent pour satisfaire ses besoins artificiellement crées.

Le vautour lui n’aimait pas ceux qui économisait et lui confiaient leur épargne, il allait même à leur imposer des intérêts négatifs pour les obliger à consommer. Ils préféraient les cigales endettées et droguées par la consommation.

Le vautour piégeait la cigale en lui offrant des facilités de crédit en lui donnant l'impression qu'elle ne rembourserait que 'plus tard', les petites mensualités réconfortant la cigale.

Mais le vautour ne l’informait surtout pas sur le fait qu’alors l’objet acheté à crédit perdait dès le premier jour de sa valeur au fur et à mesure que le financement par les intérêts augmentait.

Mais la cigale, elle, accumulant les vautours ne se rendait pas compte que ses mensualités dépassaient ses revenus et qu'elle se trouvait en surendettement

C’est là que les mêmes vautours fichaient les cigales auprès du Roi de la jungle le Lion qui informa tous les autres animaux de ne rien prêter à la cigale.

Désespérée la cigale n’avait d’autre choix que de s’adresser aux eaux troubles aux requins qui se disaient prêteurs prives. Ces derniers lui promirent de régler tous ses problèmes et de rétablir sa réputation contre une avance de frais. Ce qu’elle fit avec ses derniers sous. Les requins prirent cette avance d’argent sans pour autant accorder de crédit.

La cigale ayant compris sa situation n’eut d’autre choix que de soumettre un dossier de surendettement.